Signer l'apper - Mouvements sociaux en France

On définit le mouvement social comme le soulèvement d’un groupe social en vue de contester ou de provoquer un changement au niveau d’un système. Durant le 20e siècle, la France a connu un grand nombre de mouvements sociaux, dont le plus connu est celui de mai 1968 qui a abouti notamment à une augmentation du niveau du SMIG. Les mouvements sociaux sont généralement provoqués par les syndicats et étudiants avant de se généraliser.

Le mouvement social peut prendre plusieurs formes. Les plus connues sont sans doute les mouvements de grève ainsi que les manifestations. Plus récemment, on a pu assister à une manifestation pour la liberté d’expression, organisée au lendemain des attaques terroristes contre le journal Charlie Hebdo. D’autres mouvements sociaux prennent la forme de pétition, d’occupation de bâtiments ou encore blocages de routes et bien d’autres.

Parmi les mouvements sociaux les plus anciens en France, on note la grève de 1229 à l’université de Paris. Suite à une altercation entre des étudiants de l’université de Paris et le propriétaire d’une taverne, les enseignements au niveau de l’institution furent suspendus pendant 2 ans. Il fallait attendre l’intervention du Pape Grégoire IX pour permettre la réouverture de l’université.

Le soulèvement de mai 1968 reste dans les annales de la France du fait qu’il n’avait pas uniquement une vocation économique mais aussi politique et culturelle. Ce mouvement a clairement changé les codes de la société en voyant l’émergence du principe de l’anti-consommation, le mouvement féministe ou encore la libération sexuelle.

Plus récemment, on a assisté au mouvement contre la réforme des retraites de 2010. Les principaux syndicats français ont initié le mouvement qui a été rallié par les étudiants et de nombreuses associations. Il s’agissait notamment de refuser l’alignement du départ à la retraite de 65 à 67 ans. Dernièrement un nouveau concept de mouvement social est organisé à travers le mouvement « nuit debout » dans l’optique de faire des revendications anticapitalistes.